Voyage au ski Mars 2018

 

  JOURNAL DE BORD D’UN ELEVE DE QUATRIEME

                Nous sommes le 19 février 2347.

  Ma classe et moi sommes arrivés à la station de ski de Châtel hier soir par voie  aérienne.  Notre bus volant nous a déposés devant notre chalet à 300 étages. Après avoir pris possession des lieux, nous sommes allés louer nos skis dernier cri de la marque « volezpluhaut » qui nous permettrait de survoler le sol à toute allure. Cette marque avait pour ancêtre la célèbre maison « Rossignol ».

  Ce matin, moi qui voyais la montagne pour la première fois, j’ai été saisi par ce spectacle grandiose. La montagne était recouverte d’une mousse blanche artificielle produite par des canons similaire à celle de nos bains moussants. Il faisait une chaleur étouffante … entre 30 et 40 degrés. Heureusement, j’étais vêtu de mon maillot de ski aéro-dynamique : une tenue ultra-légère avec ventileurs intégrés. Rien de mieux pour résister à la chaleur et pour survoler les airs.

  Nous nous sommes ensuite élancés sur une piste violette pour débutants. Des palmiers et des cyprès artificiels bordaient le chemin. J’ai alors dévalé la pente à plus de 50 kilomètres / heures. Pour rejoindre les autres endroits du domaine skiable j’ai ensuite emprunté le téléporteur, une machine innovante qui permet de se déplacer en moins d’une seconde du bas au haut de la piste.

  Après tous ces efforts, ma classe et moi avons commencé à avoir faim. Nous avons donc rejoint le restaurant d’altitude : « La vache qui vole et ne rit plus » où le fromage était servi par des robots. Nous nous sommes régalés avec une délicieuse raclette … Certes la montagne a bien changé en quelques décennies, mais heureusement, ce met montagnard a réussi lui, à traverser les âges.

  JOURDAIN Xavier, LABAT Aurélien, RIVIERE Tugdual et DAVOUST Edouard

 

 

  Perdu dans les bois
 
 
 
  La neige caressait nos skis tandis que nous descendions la piste à vive allure.
  Le relief se faisait de moins en moins visible à cause  d’un épais brouillard qui diminuait de plus en plus notre champ de vision.
  Cela nous empêchait de nous orienter correctement vers le village de Châtel. Nous nous arrêtâmes à mi-chemin lorsque nous nous aperçûmes que nous étions éloignés de notre chemin initial.
  Monsieur Patin se dirigea vers les panneaux d’indications en nous ordonnant de ne point bouger.
  Au fur et à mesure qu’il s’éloignait, sa silhouette devenait de moins en moins perceptible.
  Cela faisait un certain temps que nous l’attendions et nous nous occupâmes du mieux que nous le pouvions.
  Il nous semblait voir, au loin, dans la neige, d’étranges traces de pas quand un craquement de branches se fit entendre dans le bois.
  L’angoisse et le froid commençaient à nous envahir.
  La faible lumière du soleil disparaissait derrière cette couche de nuages ce qui rendait l’atmosphère de plus en plus sombre et inquiétante.
  Une odeur pestilentielle nous saisit à la gorge. Un cri strident me fit me retourner. J’aperçus un de mes camarades trembler.
  En suivant son regard, je compris la cause de sa peur.
  Une imposante et monstrueuse créature se dessinait au loin dans les sapins.
  De longs poils s’évadaient de sa tête. « Un yéti ! » pensai-je.
 
  L’odeur, l’imperceptible silhouette et les longs poils nous confirmaient cette hypothèse.    Nous nous enfuîmes en toute hâte, mais nous nous arrêtâmes en entendant un rire qui nous était familier.
  Nous fîmes volte-face:
 
« C’est bon, il faut prendre à gauche » s’esclaffa Mr.Patin.
 
  L’angoisse disparut alors.
  Nous repartîmes donc, un sourire aux lèvres, dans la bonne direction.
  Ce que nous avions pris pour cet abominable homme des neiges était en réalité notre merveilleux professeur d’E.P.S.
  Cette aventure resta entre nous, secrète et inoubliable !
 
 
 
  Philomène MARCELLIN,Adelie KERFANT,Sixtine LANE,Rose SALVI
 
 

  Lundi 19 mars 2018, à Chatel,

  La journée n’avait pas si mal commencé,  notre groupe de 25 élèves montait tranquillement en haut des pistes. Mais à 10h les télésièges s’arrêtèrent, nous attendons. Ce genre d’incident arrive souvent. Pour faire passer le temps, nous chantons : « Etoile des neiges, mon cœur amoureux. » Le vent et de la grêle arrivent. Au bout de deux heures qui passent très lentement, nous repartons ne sentant plus nos membres.

  Pour nous réchauffer, nous décidons d’allumer un feu dans la forêt. Mais, soudain, nous voyons une branche d’arbre prendre feu entrainant un incendie.  Paniqués, nous repartons rapidement vers un endroit sécurisé.

  Malheureusement, nous nous perdons. Nous ne sommes plus que trois élèves ; les autres sont partis de l’autre côté mais nous ne pouvons les rattraper à cause de l’épais brouillard qui vient de tomber. Ne trouvant aucune issue praticable à ski, nous déchaussons et escaladons la montagne. Pendant ce temps-là, les 22 autres élèves, très agités par les évènements, déclenchent une avalanche à cause de leurs cris.

  A la fin de la journée, nous nous retrouvons et faisons les comptes : 10 brulés graves suite à l’incendie et 10 morts ayant succombés à l’avalanche.

  Les professeurs reçoivent ensuite une visite de la police à cause des différents incidents de la journée et tous terminent en prison.

  PS : Tout ceci est une histoire bien loin de la réalité inventée par Louise Le Chapelain, Mila Lhomme et Blanche Le Port.

 

 

  Enquête policière sur l’avalanche du domaine du petit Châtel.
Police national.

   Dans le domaine de Châtel, entre les pistes des Combes a eu lieu une imposante avalanche. Après une dizaine de minutes de recherches, un corps d’apparence inerte fut retrouvé, enfoui sous la neige . Les secours le sortirent avec difficultés et commencèrent la réanimation. Il cracha, toussa puis suffoqua.
   On le transporta à l’hôpital le plus proche.
   Une semaine plus tard, les médecins déclarèrent que la victime était devenue muette et inapte à répondre aux interrogatoires.
   A cet instant même, un célèbre skieur nommé Olivier Patin trébucha sur ce qui semblait être un câble. Après sa chute, il remonta sur le lieu où il avait chuté. Il découvrit un fil composé de métal et d’acier puis informa un pisteur de l’incident.
   Quelques instants plus tard, l officier de sécurité déclara que ce n’était pas une action effectuée par leurs services, son collègue et lui déblayèrent le fil et l’emmenèrent.
   Après une enquête plus poussée, nos services découvrirent que c’était l’oeuvre de personnes recherchées qui cherchaient probablement à masquer leur passage.
   L’enquête reste aujourd’hui non résolue et classée.

Rapport du lieutenant Phillips.
Brigade du grand Châtel
Le 24 mars 2018




   Étienne Feron,Romain Finot,Léo Guille,martThéo Mouton

 

 

  Bienvenue à tous, en ce mercredi 21 mars 2018 nous nous retrouvons aujourd’hui en direct sur eurosport pour  cette course extravagante.

 

  Au loin, nous pouvons apercevoir les quatre équipes qui sortent des vestiaires, ils ont tous été qualifiés après une course incroyable, les demi-finales. Les quatre équipes actuellement s’échauffent et s’entrainent à tirer, la course débutera dans 15 minutes. L’athlète Toscane Creux ne pourra pas disputer cette  finale suite à sa blessure à l’épaule …

 

  Nous sommes désormais à  5 minutes de cette course tant attendue. Pour vous Franck, quelle est l’équipe la plus  favorable à la victoire ?

 

« Vu les prestations de l’équipe d’Antoine et de Louis, je pense qu’ils sont favoris. Juste avant le départ  nous vous rappelons les règles de ce sport. Premièrement les coureurs doivent parcourir 500 mètres dans la neige puis s’armeront de leur carabine et essaieront de toucher le plus de cibles pour éviter les tours de pénalité.

 

  Les concurrents sont prêts à partir, l’arbitre prend son sifflet et siffle ! La grande finale débute et l’équipe part moins bien que prévu mais réalise de bons tirs à la carabine et permet à ses coéquipiers de reprendre l’avantage.

 

  Les coureurs partent les uns après les autres et malgré un mauvais départ et une remontée folle l’équipe de Louis termine la course deuxième surpassée  par une équipe inconnue à ce jour. »

 

 

 

  Cournut Mathieu,Chikhe Rayan,Bonnet Mathis,Du Plessis Louis,Dardier Antoine

 

 

Le biathlon dans le futur

 

  « Dans les années 2000, le biathlon était un sport, un vrai qui se faisait avec la force des bras et des jambes. En arrivant devant le grand champ de tir les sportifs étaient  tout épuisés et pour tirer ils étaient  si fatigués que cela en devenait impossible. Je me souviens encore d’un grand champion français appelé Martin Fourcade qui gagnait énormément de médailles pour la France. Ce sport consistait à faire 7,5 km de ski puis une lignée de tire à la carabine et repartir faire les kilomètres restant. Et si par malheur vous ratiez une cible, vous deviez faire un tour de pénalité. Quand j’étais  plus jeune ; je me souviens en avoir fait …

 

  Mais maintenant, en 2187, vous faites ce sport avec des skis à moteur fusée et à la place des carabines, vous avez des pistolets lasers. Puis, je suppose qu’en 3100, ce sport ne sera plus avec des skis mais avec des vaisseaux spatiaux comme dans Star Wars. Voilà, les enfants, c’était l’histoire du biathlon. 

 

  - Mais papy, c’est quoi Star Wars?»

 

  - Star Wars était… Oh, je suis fatigué, je te raconterais plus tard. »

 

 

 

  Virgile Delprat,Roman Tchamaladinov,Apolline Durieu,Maxence de Perier

 

  Atelier d'ecriture maths 

AD = 100 m

DE = 53 m

CE = 11 m

 

Mr. Gavarry a dévalé le plus grand tremplin du Snow Park en 5 secondes.

 

Sa vitesse moyenne à la fin de celui-ci doit-être au moins de 70 km/h pour ne pas se faire mal.

 

-          Terminera- t-il le séjour avec nous ou à l’hôpital ?

 

 

 

On sait que : ABC est un triangle rectangle en B.

 

AB = AD – CE = 100 – 11 = 89 m

 

BC = 53

 

Alors, d’après le théorème de Pythagore, le carré de l’hypoténuse est égal  a la somme des carrés des deux autres cotés.

 

AC2 = AB2 + BC2 = 892 + 532 = 7921 + 2809 = 10730

 

Donc, AC ≈ 103,6 m

 

De plus, V = d ÷ t = 103.6 ÷ 5 ≈ 20,7 m/s = 0,0207 km/s.

 

Avec  1 h = 3600 s, il vient :

 

V = 0.0207×3600 = 74.52 km/h

 

74,52 > 70, donc Mr Gavarry terminera le séjour avec nous et non à l’hôpital !

 

 

VITAL Eliot, DRU Pierre, MEUNIER Baptiste, MENNY Romain, MONIER Charles, WALLET Téophile, EMIRIAN Adrien, WIDMER Maxence, GODRON Flavie, NUNES Angelica et LANGLAIS Pierre.

 

 

  Viaje a la montaña

  Nosotros hemos venido a la montaña a la estación de esquí de Châtel. En la primera cena, hemos comido una tartiflette y de postre hemos comido piña. El color predominante de los Alpes es el blanco, porque hay mucha nieve, es un panorama magnífico. 

  Arnaud Delahaye,Jules Le Hen,Victor Godron,Maxence Du Parc,Arthur Duquesn
 
° Primer día en la montaña

  Esta mañana hemos desayunado, después hemos tomado el bus para ir a esquiar, por esto hemos subido a la telecabina. Ha habido mucha nieve. Hemos almorzado sobre la nieve.Las montañas son muy impresionantes. 
  Luego hemos esquiado y finalmente hemos vuelto a la casa de la montaña. 

Juliette Gicquel
Lucie De Araujo
Constance Decroocq
Victoire Dupont


° Viaje a la montaña con la escuela

  El domingo por la mañana, muy temprano, hemos ido a Chatel. El viaje fue muy largo, duró diez horas. Hemos llegado a las cinco de la tarde, hemos ido a recoger las botas de esquí, son muy chulas.

  Al día siguiente, hemos esquiado y nos hemos reído mucho con nuestros amigos; nos hemos divertido mucho y ha sido uno de los mejores días del viaje.
Pero nuestra amiga Toscane se ha hecho una fractura en el brazo. Entonces, no puede esquiar en toda la semana.

  El martes, hemos hecho una noche de karaoke y ha sido el mejor momento del día, porque todo el mundo se ha divertido.

  Hoy miércoles, hemos hecho raquetas y hemos tirado con una carabina. Estamos haciendo un trabajo de escritura en español.

Paul Clec’h Gago, 4e5
Toscane Creux, 4e5
Romane Destouches, 4e1
Klara Stevanovic, 4e3
Louise Couty, 4e5


° El mejor viaje a la montaña

  El domingo, hemos tomado el autobús y nos ha gustado el ambiante del viaje y también la llegada a la casa de la montaña.

  El lunes, hemos esquidado por primera vez y nos han gustado los equipamientos , la estación de esquí de Châtel, las primeras pistas de esquí y el almuerzo. Los grupos de esquí han estado bien.

  El martes, hemos tenido un buen tiempo y mucha nieve. Ha hecho frío y mucha niebla y hemos comido   bien, nos ha gustado la pasta boloñesa. En la tarde hemos hecho Karaoke.

  El miércoles, el tiro a la carabina y las raquetas han estado muy divertido, porque la nieve ha estado muy buena. Hemos tenido un buen tiempo.

Gaspard bonte 4e3
Quentin petit 4e3
Victor de seze 4e3 
Maixent Bodineau 4e3
Alexandre Brun 4e3